1. Accueil
  2. 5 astuces pour bien éclairer la salle de bains

5 astuces pour bien éclairer la salle de bains

5 astuces pour bien éclairer la salle de bains

 

L’éclairage à la salle de bain est aussi important que dans le reste de la maison. A ceci près que c’est une pièce particulièrement complexe à éclairer : normes de sécurité à respecter, température d’éclairage idéale, emplacement des luminaires… Bref, un bon éclairage de salle de bains ne s’improvise pas ! Uniquement fonctionnel pendant des années, il se doit aussi d’être décoratif pour une pièce d’eau chaleureuse et confortable. L’éclairage de cet espace intimiste à usage quotidien doit se penser de manière globale. Vous devez réfléchir à l’espace comme pour les autres pièces et variez les types d’armature : plafonniers (éclairage général), appliques (éclairage frontal), spots encastrés (accents lumineux) et lampes suspendues (éclairage d’ambiance). C’est la combinaison de ces éléments qui rend l’ensemble beau et fonctionnel. Alors pour éclairer beau, bien et en toute sérénité, voici nos réponses claires et simples à 5 questions pratiques pour créer un éclairage déco et sûr dans la salle de bains qui vous ressemble.

 

1. Pensez de manière fonctionnelle

L’éclairage de votre salle de bains réclame avant tout un éclairage fonctionnel : il doit vous permettre une vision confortable et précise. Pour être efficace et adéquat, il est donc primordial d’obtenir une température de couleur proche de la lumière du jour. Le choix des ampoules et le type de lampe s’avère des paramètres essentiels. Côté tendance, les ampoules qui donnent un esprit rétro à la salle de bains s'insèrent autour du miroir et contribuent à instaurer une ambiance lounge très chic. On les adopte pour les miroirs majestueux afin de ne pas encombrer l'espace. Attention, il ne suffit pas ici de choisir simplement un type de luminaire. Il faut prendre en compte la diffusion de la lumière en adoptant une lumière douce qui n'aveugle pas avec un indice de rendu des couleurs élevé (IRC à plus de 90).
Pour éclairer de manière fonctionnelle, choisissez un éclairage spécifique pour chaque fonction et utilisez un circuit différent pour chacune d’elles. Pourquoi éclairer toute la salle de bains quand on veut simplement se relaxer dans son bain ? Prévoyez un interrupteur pour la détente, un pour le bain/la douche, un pour vous maquiller devant la glace, etc. Si votre salle de bains est petite avec un nombre limité de points lumineux, prévoyez un variateur d’éclairage pour créer des ambiances adaptées à chaque usage.

 

2. Le bon indice de protection (IP) pour votre salle de bains

Vous rêvez d’installer un lustre à pampilles dans votre salle de bains ? Attention danger ! Divisé en plusieurs volumes, autorisant chacun un indice de protection (IP), et un niveau de classe de sécurité spécifiques, cet espace humide doit impérativement être éclairé avec des luminaires adaptés, voire étanches.
L’indice de protection est donné en fonction de la sécurité apportée par les enveloppes protectrices des parties électriques des luminaires. Les degrés de l’indice de protection sont notifiés après le symbole IP par deux chiffres : le premier indique la protection du luminaire contre les solides, le second contre les liquides.

  • Une autre norme (NF C15 100) définit quant à elle les conditions d’installation des circuits électriques dans la maison. Pour la salle de bains, la norme définit aujourd’hui 3 volumes (au lieu de 4 précédemment) : 0, 1, 2.
  • Chacun de ces volumes impose un indice de protection particulier : classe II, TBTS, protection associée, etc. À titre d’exemple, le volume 0 n’autorise aucun branchement électrique mais accepte les luminaires de classe III + IPX7 (qui protège contre l’immersion à 1 mètre), alimentés en Très Basse Tension de Sécurité (TBTS) inférieure à 12 volts.
  • Le transformateur sera bien entendu placé à distance (en volume 2). À vous de vérifier en concevant votre éclairage que les luminaires que vous aurez choisi bénéficient d’une protection IP suffisante en fonction de leur emplacement.

 

3. Une installation électrique sécurisée et fiable

Vous voulez installer des spots au plafond de votre douche ? Pour éviter tout accident, sachez que la norme NF C 15-100, que l’on vient d’évoquer, régit les installations électriques dans les pièces d’eau et divise donc l’espace en 3 volumes de 0 à 2. Le volume le plus sensible étant le volume 0, correspondant au volume de la baignoire ou de la douche : pas question d’y installer un simple spot basique !

Les règles de sécurité à appliquer pour l’éclairage dans la salle de bains

Consacrée à tout ce qui est équipement électrique dans une salle de bains, la norme NF C 15-100 indique que cet espace est divisé en trois zones, appelées volumes.

  • Le volume 0 correspond à la baignoire ou la douche. Aucun appareil d’éclairage n’y est admis. Hormis s’il est déjà intégré à votre douche ou votre baignoire à l’achat.
  • Le volume 1 désigne la surface située au-dessus de la baignoire ou de la douche. Là, il est possible d’installer un éclairage basse tension (12 volts), à condition que le transformateur de sécurité soit placé dans le volume 2.
  • Le volume 2 correspond à l’espace (60 cm) qui se trouve à proximité de la baignoire ou de la douche. Au-delà, on considère que c’est la zone « hors volume », anciennement appelée volume 3. Y sont admis un éclairage de classe I et II, lequel est protégé des pulvérisations et des projections d’eau.

A SAVOIR : Notez que tous vos éclairages doivent être reliés à un disjoncteur différentiel haute sécurité 30 mA (DRHS). Celui-ci coupe automatiquement le courant en cas de fuite d’eau.

 

4. Des luminaires adaptés à votre pièce d’eau

Les luminaires de salle de bains sont très souvent des lampes spécifiques car elles doivent disposer d’un indice de protection adéquat selon leur volume d’implantation dans la pièce d’eau. Cet indice essentiel est spécifié sur l’emballage et vous indiquera ainsi son volume d’implantation possible.

Quel indice de protection choisir pour votre luminaire de salle de bains ?

L’éclairage dans la salle de bains a pour mot d’ordre la sécurité. C’est une pièce à risque soumise à des contraintes et à des normes électriques obligatoires pour garantir votre sécurité.

  • La salle de bains est divisée en 3 volumes, chacun respectant des normes IP différentes. Dans chacun de ces volumes, vous devez respecter la norme et utiliser un luminaire ayant un indice de protection et une classe d’isolation adaptés. Par exemple, un IP23 permet notamment l’utilisation dans la zone 2 et 3 « hors volume » de la salle de bains.
  • Le volume 2 est situé autour de la baignoire ou du receveur de douche sur une distance de 60 centimètres et jusqu’à 2,25 mètres de hauteur. Dans ce volume peuvent être installés des luminaires de classe II + IP23, alimentés en Très Basse Tension de Sécurité (TBTS), inférieure à 12 volts.
  • Le volume 3, aujourd’hui appelé « hors volume » est le volume restant de la salle de bains. Y sont acceptés les luminaires de classe I, II ou III + IP 21.
  • Vous voulez installer des spots dans votre baignoire ? Seuls sont acceptés les luminaires de classe III + IP27, alimentés en Très Basse Tension de Sécurité (TBTS) c’est-à-dire inférieure à 12 volts (à condition de mettre le transformateur hors volume).

 

5. Une salle de bains bien éclairée

En moyenne, on estime qu’il faut compter entre 400 à 650 lumens par m2 pour obtenir une quantité de lumière suffisante dans la salle de bains. Cela ne signifie pas pour autant qu’un seul point lumineux soit suffisant ! Encore faut-il que les sources lumineuses soient bien réparties notamment sur les zones stratégiques comme le miroir.
Trois points lumineux sont un minimum pour une petite salle de bains. Le premier sert d’éclairage général, les seconds posés en appliques autour des lavabos vous assurent un éclairage ponctuel et d’accentuation. Prévoyez donc plutôt 3 points lumineux de 20 watts (250 lumens) plutôt qu’un seul de 50 watts (635 lumens) : plus vous répartissez la lumière, mieux c’est. Ça crée plus d’ambiance.

      • Le nombre de points lumineux dépend bien évidemment de la superficie de votre pièce mais également de son aménagement. Si vous avez cloisonné l’espace pour la douche ou le bain, concevez un éclairage spécifique pour cette partie, même si pour cela vous devez créer un autre circuit électrique.
      • Si vous n’avez pas créé de cloisons entre les lavabos et la baignoire ou la douche, un éclairage général (plafonnier ou suspension) éclairera efficacement une surface de quelques mètres carrés. Vous pourrez compléter avec des éclairages d’appoint de chaque côté du miroir des lavabos en utilisant au choix des appliques murales ou des rangées de spots avec ampoules apparentes à la verticale, et au-dessus de votre douche ou de votre baignoire (en utilisant uniquement les lampes conçues pour cet usage).
      • Respectez impérativement les contraintes de sécurité drastiques concernant la salle de bains (norme NF C 15-100). Cette norme vous indique également les espaces tolérés pour les luminaires basse tension 12 volts que vous pouvez placer dans de nombreux endroits, parfois insolites, de votre salle de bains.
      • Respectez également les indices de protection et reportez-vous aux prescriptions du fabricant et d’un électricien.

Pour une salle de bains à l’ambiance zen, pensez aux installations de bien-être qui sont de plus en plus fréquentes et où l’éclairage joue alors un rôle capital. Un éclairage adapté et paisible procure plus de sérénité. Si les systèmes RVB rencontrent beaucoup de succès pour créer des salles de bains arc-en-ciel, les palettes de couleurs plus raffinées avec des nuances plus subtiles sont également séduisantes. Le blanc, par exemple, a tout un spectre de nuances, du blanc pur au blanc chaud et même légèrement orangé.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous offrir le meilleur service et vous proposer des offres adaptées à vos centres d'intérêt.

J'accepte Plus d'infos