1. Keria Luminaires
  2. Bien éclairer son salon : les 10 erreurs à éviter

Bien éclairer son salon : les 10 erreurs à éviter

10 erreurs à éviter dans l’éclairage du salon

 

Éclairer un salon peut s’avérer un exercice difficile. Multitude de sources lumineuses, ambiance souhaitée, type d’activités, agencement : tous ces paramètres sont à prendre en compte pour réaliser un éclairage idéal. Pour vous aider, voici les 10 erreurs à éviter absolument !

1- Une température de couleur inadaptée

Prenez en compte la température de couleur de l’ampoule indiquée sur l’emballage. Selon les zones et les type d’éclairage, choisissez une lumière cosy (3000 kelvins environ) ou plus blanche (4500 kelvins pour une liseuse par exemple).

La juste température de couleur pour un éclairage cosy

  • Le salon est certainement l’espace de la maison le plus polyvalent, c’est donc une pièce complexe à éclairer. L’objectif premier est d’y créer une atmosphère chaleureuse. Pour y parvenir, la température de couleur délivrée par les ampoules choisies reste un élément très impactant. Premier conseil, utiliser un éclairage dit chaud pour l’éclairage général de la pièce, c’est-à-dire un luminaire avec une large diffusion, équipé d’une ampoule de 3500 kelvins maximum (au-dessus de cette température, on considère que la lumière délivrée est plus blanche et donc froide). Pour moduler la température de couleur, les abat-jour et diffuseurs jouent évidemment un rôle central. Par exemple une suspension cloche avec un intérieur doré délivrera une lumière très chaleureuse. Second conseil : il faut coupler cet éclairage général avec des lampes plus fonctionnelles comme les liseuses, près d’un canapé ou d’un fauteuil par exemple, car le confort prime dans cette pièce. Dans ce cas, il vaut mieux utiliser des ampoules plus froides pour un éclairage directionnel efficace.
  • Vous pouvez également placer des lampes de chevet ou des lampes à poser sur les meubles pour créer des zones lumineuses sans éclairer la pièce de manière uniforme et triste. Là encore, attention aux abat-jour : préférez des teintes douces plutôt que sombres et des matières naturelles qui filtreront la lumière.

ASTUCE LUMIÈRE : QUE SIGNIFIE KELVIN ?
Kelvin est une unité permettant de classer les lampes en fonction de la couleur de leur flux lumineux.
Cette couleur de la lumière est exprimée sur une échelle de degrés Kelvin, symbolisé par K. Ce classement permet donc d’évaluer le type de couleur diffusée par la lampe lorsqu’elle est allumée à plein rendement. La température de couleur des lampes s’échelonnent entre 2000 kelvins et 10000 kelvins.
Plus elle est basse, inférieure à 4000 kelvins, plus la lumière émise tend vers les couleurs chaudes, donc reposantes et intimes.
Plus elle est élevée, supérieure à 5300 kelvins, plus elle est dynamique et plus la lumière tire vers le bleu. C’est ce que l’on recommande pour un éclairage fonctionnel de bureau, plan de travail ou dressing.
Les lampes à incandescence, classiques ou halogènes, ont une température de couleur de 2 500 à 3400 kelvins.
Les lampes fluocompactes ont progressé dans ce domaine : leur gamme s’étend désormais du blanc chaud, 2700-3000 kelvins au blanc froid 5500 kelvins, en passant par le blanc intermédiaire 4000 kelvins. Beaucoup de Leds de couleur blanche produisent, quant à elles, une lumière bleutée, autour de 6000 kelvins, mais certaines émettent un blanc plus chaud.

2- Des spots au plafond

Evitez d’éclairer votre salon uniquement avec des spots au plafond. Un salon n’est pas un showroom ! Mixez les luminaires : ils habillent et réchauffent un décor trop design.

3- La même intensité pour toutes les lampes

Evitez de créer un éclairage uniforme avec une même intensité pour toutes les lampes. Choisissez des ampoules différentes, adaptées aux luminaires, à leur matériau, à leur forme et à leur fonction.
Insuffisant, mal réparti ou trop froid, un éclairage inapproprié « ruine » le décor le plus abouti. Alors, pour obtenir un éclairage justement dosé et choisi, apprenez à maîtriser deux paramètres essentiels : l’intensité et la couleur d’ampoule.

10 erreurs à éviter dans l’éclairage du salon

Un éclairement minimum requis dans le salon

  • L’ambiance peut tourner à la déprime dans un salon trop faiblement éclairé ou devenir agressive dans une pièce baignée de lumière. Tout cela est affaire de dosage ! On considère qu’un salon correctement éclairé bénéficie d’un éclairement de 300 lux environ. On peut alors y mener les activités d’usage tout en bénéficiant d’une ambiance intimiste. La lecture, par exemple, nécessite un éclairement minimum de 150 lux. Pour renforcer le côté convivial, l’éclairage général du salon ne doit pas être trop fort : préférez donc les éclairages indirects moins agressifs. Le variateur est un vrai « plus » pour moduler l’intensité lumineuse selon vos envies et le type d’ambiance souhaitée.

Un éclairage bien dosé selon les zones

  • Autre conseil, l’éclairement doit être bien réparti dans la pièce pour éviter les zones d’ombre. L’erreur serait en effet de concentrer ces 300 lux dans un seul luminaire ! Il est donc impératif de multiplier les sources d’éclairage. Optez pour des éclairages plus intenses car ponctuels et directs grâce aux lampes et aux lampadaires. Ils sont un complément nécessaire à l’éclairage général et offrent un confort visuel optimal, notamment dans les zones d’activités périphériques, autour du canapé, de la bibliothèque ou d’un bureau. Enfin, n’oubliez pas que l’éclairage décoratif participe grandement à l’ambiance d’une pièce Aussi, les zones d’intérêt doivent être éclairées plus intensément - 3 à 5 fois plus - au moyen de lampes plus ciblées. Utilisez pour cela des spots directionnels délivrant une lumière plus concentrée pour valoriser de beaux objets.

4- Sur-éclairer son salon !

Trop de lumière, trop de lampes : votre salon n’est pas une boutique. L’éclairage doit rester agréable et apaisant. « Less is more » : une pièce trop éclairée peut dégager une atmosphère très agressive. Vous n’avez donc pas besoin d’une lampe dans chaque recoin. Au contraire, n’hésitez pas à laisser de l’ombre s’installer ; c’est précisément le contraste ombre/lumière qui rend la pièce agréable. Ceci est particulièrement vrai pour les espaces hors de la maison.
Une autre manière de rendre une pièce plus agréable est de répartir des sources lumineuses en plusieurs endroits, surtout dans les grands espaces. Pour un de 50 m², vous pourriez penser qu’un seul plafonnier possédant un rayonnement important ferait l’affaire. Certes, la pièce sera pourvue de l’éclairage minimum nécessaire, mais elle n’aura pas une atmosphère agréable. Il y aura beaucoup, voire trop de lumière au centre et (trop) peu dans les coins. C’est pourquoi nous vous conseillons d’opter pour une répartition équilibrée des sources lumineuses.

5- Sous éclairer son salon !

Une ambiance cosy et intimiste c’est bien : un éclairage de grotte non ! Respectez un équilibre avec un éclairage moyen de 400 lumens pour cette pièce de vie afin de ne pas sous-éclairer votre salon.
Aujourd'hui, quelle que soit la pièce, on ne se contente plus d'un plafonnier unique. Mieux vaut multiplier les sources lumineuses pour pouvoir créer des ambiances adaptées aux différents moments de la journée. On va également installer différentes sortes de luminaires, en fonction des zones à éclairer. Au centre de la pièce, on peut ainsi accrocher de jolies suspensions déco, pas trop fortes, car dans un salon on n'a pas forcément besoin d'un éclairage puissant, mais plutôt d'une atmosphère reposante pour lire, regarder la télé, ou cosy pour boire un verre entre amis.
Les appliques sont intéressantes aussi pour gagner en luminosité dans certains endroits, ou mettre en valeur des objets comme un tableau par exemple. Une liseuse offrira au coin lecture un éclairage puissant bien orienté. Si on a besoin de voir plus clair, on peut aussi ajouter ici et là une ou plusieurs rangées de petits spots. Multiplier les luminaires permet d'additionner les puissances et obtenir ainsi un éclairage sur mesure.
N’hésitez pas non plus à mélanger les lumières chaudes et froides. Même si dans un salon on privilégie plutôt les atmosphères chaleureuses et conviviales, une lumière froide, plus reposante, peut être appréciable pour lire. Autre bonne idée : emprunter les luminaires. Chez Keria, nous prêtons durant 48 heures, ce qui permet de les essayer chez vous, mais aussi d'en apprécier la taille, la puissance, et donc de faire le bon choix.

6- Se tromper dans les dimensions des lampes

Le volume des luminaires est primordial : trop grands, ils écrasent un petit espace, trop petits, ils sont perdus et offrent un éclairage trop discret. Les dimensions des lampes doivent être bien adaptées à la dimension et au volume de votre salon.

7- Créer un éclairage plat

L’une des erreurs rédhibitoires est de créer un éclairage « plat » et uniforme. Composez un relief lumineux en mixant les différents types d’éclairages : indirect, direct, général et ciblé.

8- Choisir les mauvais luminaires

Vous craquez pour cette magnifique suspension ? Mais ira-t-elle vraiment chez vous ? Posez-vous les bonnes questions : les dimensions, la forme, l‘éclairage diffusé - généreux ou ciblé. Méfiez-vous donc de l’achat compulsif : le choix d’un luminaire s’anticipe un minimum.

9- Oublier l’éclairage décoratif d’accentuation

L’éclairage d’accentuation est un éclairage décoratif, indispensable pour créer des reliefs dans le salon. Il va rythmer votre salon et attirer le regard vers des zones d’intérêt comme des niches décoratives ou des tableaux. Il rend la pièce vivante.
Idéalement, une pièce doit compter trois types d’éclairages : l’éclairage général, l’éclairage fonctionnel et l’éclairage d’ambiance. Le premier doit être indirect, il éclaire toute la pièce, souvent par le biais d’un abat-jour qui laisse passer la lumière. Le second est un éclairage direct. Il est dirigé vers une zone précise : il s’agit de la liseuse du canapé, d’une lampe de bureau ou de chevet, d’un spot au-dessus d’un tableau… Enfin, le dernier sert à créer une ambiance. C’est un éclairage diffusant, ou coloré. Il peut même s’agir d’une bougie. Ces trois types d’éclairage permettent de varier les atmosphères et les intensités en fonction du moment.

10- Se tromper dans l’implantation de vos luminaires

Pensez l’agencement de votre espace salon avant de choisir l’emplacement de votre lampe. Une applique n’est pas forcément mise en valeur placée à 2 mètres de hauteur. Une suspension doit être placée au-dessus de la table à manger et non décalée sous peine de rater à la fois le rendu décoratif et l’éclairage ! Elle pourra se prêter à plus d’originalité en tombant très bas au-dessus d’une table basse par exemple.
Un abat-jour en métal qui va diriger la lumière vers le bas sera parfait au-dessus d’une table, en revanche, au centre de la pièce, ce sera une catastrophe puisqu’il n’éclairera qu’un rond sur le sol.

10 erreurs à éviter dans l’éclairage du salon

https://www.keria.com/politique-confidentialite-cookies En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous offrir le meilleur service et vous proposer des offres adaptées à vos centres d'intérêt.

J'accepte Plus d'infos